Prologue

LE DESTIN DES ZOANS  

 

Auteur : ben moi… aïe ! Oui oui y’a aussi une assistante Robot-Mum

(Mais qu’est ce qu’elle est chiante… non… pas taper (se tire))

Disclaimer: Bon y’a que Thunra et son équipage ainsi que cette pourriture de Grassok le Créancier et son infâme équipage qui sont à moi (vous les voulez pas ??? Vous êtes sur ?? ). Il y a aussi la légende des Woele que j’ai inventée ainsi que plusieurs îles. Sinon le reste est à Monsieur Oda enfin vous voulez pas me passer Chappy ?? (Oda : Non c’est mon Chappy !! Chopper : AAAAAAAAAAAH !!!!!) Ou Luffy ?? (Oda : non plus !!!) Bon autant dire que l’équipage du chapeau de paille est a m’sieur Oda ainsi que Smoker et Tashigi.

Résumé : Une légende dit qu’un enfant serait né de l’amour de l’océan et de la terre. Celle-ci raconte aussi que les zoans sont liés à la pierre qu’il a laissée. Quant une louve bizarre et une loutre géante débarquent sur le bateau de Luffy, c’est sans savoir que cette légende recommence…

Genre : Humour, aventure et un peu de romance (c’n'est pas mon fort donc faudra enlever les couches de l’oignon)

Remarque : Cela se passe après Skypiea donc y’aura des dials bof rien d’autre à dire à par que cette fic n’aurais jamais put être créer si j’écoutais pas des musiques très entraînantes et un maximum d’humour… nul ! lol ^^

 

               PREMIERE PARTIE : LA LOUVE ET LA LOUTRE

 

Gaya : Bon avant de commencer, on se présente. Gaya, c’est moi. J’écris l’histoire et fais les trois quarts du boulot. Folle dingue des loups ( peut être que vous vous en doutiez) et adepte de l’humour nul.

 

Robot-Mum : Moi je suis un robot, Robot-Mum pour vous servir. Je m’occupe de l’orthographe ^^.

 

Gaya : Adepte des scènes tristounette et des poésies et tape des qu’il y a une injure ou une faute d’orthographe. ‘-_- J’ai du la monter à l’envers…

 

Robot-Mum : Qu’est ce que tu as dit ??? (Sors une batte)

 

Gaya : Oups… et elle est très susceptible !! Cassos (se tire) Bon place à la  fic !! 


 

Prologue  

 

    J’aurais put me croire dans le désert… si le bruit des vagues contre la coque n’était pas là. Sur un petit bateau perdu dans l’océan, je sens que je vais mourir de déshydratation. Qu’elle gourde je fais vraiment ! En pensant à la mort je pleure. Pas pour moi mais pour mes amis. Ils m’ont permit de me tirer en se faisant choper et je ne pourrais pas aller les sauver pour les remercier. Ah ! Elle est belle la capitaine du Raz, même pas capable de sauver son équipage. Je repasse dans ma tête encore et encore ses paroles de cet enfoiré de la marine, mort après avoir parler : «  Dans deux semaines, ils seront transférés au Q.G. » Au Q.G. je n'aurais aucune chance de les sauver. C’est pour ça que je dois retourner sur l’île mais maintenant je suis trop loin et il n’y a même pas un souffle de vent. Je ne pense pas que je suis sur Calm Belt mais plutôt pris dans le climat d’une île estivale. Cool… on est en plein été en plus, chouette. J’préfère  encore Drum. Je pense qu’en ramant j’attendrai cette île mais mes blessures me font trop mal pour bouger. Je suis obliger de rester allonger sur le pont. Au moins je peux voir la mort en face. Heureusement qu’ils ont lâché la poursuite.

 

    Tiens, soit-il y a un nuage qui a caché le soleil soit-il y a une éclipse. J’ouvre les yeux et ne vois ni l’un ni l’autre mais au moins ça fait un peu d’ombre. Un immense bateau, j’ai encore parler trop vite en disant qu’ils avaient lâché l’affaire. En regardant mieux, j’aperçois un drapeau pirate avec des pierres précieuses dans les yeux et un coffre fort derrière. Super, mes pires ennemis après la marine, les pirates banquiers. Je sais qu’il y a des guerres entre pirate mais eux ne lâchent vraiment pas l’affaire. Je me mets à genoux et regarde le ciel. Je ne tiens pas du tout à les supplier de me laisser en vie. Non mais j’ai ma fierté quand même ! Je regarde juste le bleu du ciel. Je sens sur moi se braquer deux ou trois pistolets. Je ne bouge pas. Un canon est maintenant braqué sur notre bateau. Je ne bouge toujours pas. Un de mes amis, l’un des seuls qui à put s’enfuir, apparaît sur le pont tenant sur son dos un paquet empacté avec notre drapeau. Je reste immobile et au moment de faire feu je la sens… Un dernier chant de loup. Et ce  noir des eaux ce mélange au sang de ma chair.


 

Gaya : Poétique, n'est ce pas ? ^^ Ne vous en faites pas vos pirates préférés arrive.

 

Robot-Mum : TT c’est trop beau !!!!! Mieux qu’un épisode d’amour et robotique.

 

Gaya: -_-  Robot-Mum…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site