L'Ardoise

L'Ardoise

 

Auteur : j'pense que le bandeau d'anonymat servira a rien donc je me dévoile, c'est moi Gaya H Staim !

Disclaimer : Onik est à moi, tout a moi ! J'ai le droit de lui faire ce que je veux même de le torturer dans d'horrible condition, avec d'horrible instrument et de le tourmenter jusqu'à sa mort !!! Mais sinon Loucas, Neji et Kriss sont à LK ! La chanson "L'ardoise" appartient a la Rue Ketanou !

Genre : OS, Songfic, Deathfic, POV Onik

Résumé : Tout s'efface sur l'ardoise, alors pourquoi son nom persiste ? Il se le demande bien... Confession d'un alcoolique !


 

J'arrive, je rentre dans cette salle. Les regards se tourne vers moi et me dévisage pendant un long moment. C'est vrai qu'un homme comme moi ne passe pas inaperçu, surtout dans l'état dans lequel je me trouve. Le visage recouvert de poussière, une barbe mal rasé, mes vêtements en loque et déjà largement éméché. Et aussi, toujours, mes lunettes de soleil sur le nez. Bourré ou pas, ce détail ne change pas. Ces lunettes qui cachent ce que je hais le plus. Mes yeux hérités de Lui. Tout comme ce qui m'a conduit dans ce bar. Maintenant installer devant le patron…

Allez Patron, un ordinaire
Comme moi, un ordinaire

C'est vrai. Maintenant je suis un ordinaire… Depuis combien de temps déjà ? Combien de temps depuis cette époque glorieuse ? Cette époque qui ravive mes douleurs ? Des milliers d'années, tellement pour que leur noms sombrent dans l'oubli le plus total. Et que seule ma mémoire se souvient.

J'veux voir le cul de tes bouteilles
Et au diable leur pudeur
Toutes il faut que j'les essaye
Que j'les dépucelle sur l'heure

Et je me refugie dans l'alcool. Non je ne veux pas oublier, je veux juste faire taire les voix. Vous croyez que c'est facile d'être immortel vous ? Non, immortel n'est pas une vie !  Pas le droit de se donner la mort, pas le droit de mourir tant que quelqu'un ne vous tue pas !!! La vieillesse ? Je la connais mais elle ne veut pas en finir avec moi. Les maladies ? Je n'en ai encore rencontré aucune qui me soit fatal. C'est cool non ? De voir mourir autour de vous tout vos amis, vos proches, et même ceux qui compte le plus. Tous meurt et moi… je reste la a attendre, attendre quelqu'un de plus fort, qui en finisse avec moi…

Allez Patron, un ordinaire
Comme moi, un ordinaire

Mais qui aurait pu croire ça hein ? Qui ? Que le dernier des derniers ce serait moi ? On aurait plutôt pensé aux dieux non ? Ben non, ni Houkou, ni Nihâm, ni mon foutu père adoptif, le dieu de la mort n'a survécut. Bon ils étaient déjà vieux les pépés mais quand même !  Même pas foutus de rester vivant ! Et puis l'autre et sa promesse. Je ne dois pas tenter de mettre fin a mes jours ! Mais la j'ai qu'une envie, en finir avec ma vie putain ! Je voudrai bien me parjuré des maintenant et mourir. J'en peux plus de cette vie !

Il a d'la gueule ton comptoir
Laisse-moi donc lui faire honneur
Il a l'allure d'un boulevard
Boulevard que j'connais par cœur

Oula, le patron n'aime pas trop mes honneurs on dirait… Et hop, un p'tit coup dehors. Ah mais ça je connais parfaitement le dehors. Vu que maintenant, ma maison se réduit à trois bouts de carton. Même bourré comme je suis, j'pourrais vous faire visiter sans jamais me tromper ! Et c'est peu vous dire ! … J'fais pitié c'est ça hein ? Encore pire qu'avant ! C'est sur, quand ils étaient encore tous la, si je me bourrais la gueule ça devenait ultra délire, joyeux et tutti quanti. Mais maintenant, c'est triste, pas beau, caca boudin. Oui faut vous y faire a mon langage incohérent, j'suis bourré…

Allez Patron, un ordinaire
Comme moi, un ordinaire

Quoique… j'suis pas si ordinaire que ça non ? Ben oui, mes yeux. Ils sont rouge non ? Et attention, hérité du plus grand danger de notre histoire, le seigneur Snake. Qu'est ce que j'ai pu le haïr celui la. Comme mes yeux tiens. Mais, je viens d'avoir une idée. Maintenant qu'il y a plus personne à faire souffrir a par moi, j'peux me les crever nan ? Ça changera pas grand-chose vu que comme je suis bourré, je me cogne déjà dans les murs et puis, j'ai déjà les lunettes pour. Et allez, je défonce une poubelle de plus ! Mais revenons à mon idée première. J'peux très bien m'arracher les yeux. Vu que le monde ou j'ai décidé de crécher, ils ont pas que le meilleur des alcools, ils ont les meilleurs hôpitaux aussi. Donc même si je perds mes yeux, j'peux toujours survivre ! Bonne idée nan ? Tiens, d'ailleurs, j'viens trouver un couteau tout rouillé au sol. J'le prends. Je le fixe un long moment avant de voir que je suis devant un nouveau bar. J'laisse tomber le couteau. C'est que j'ai encore soif moi !

J'boirai à ta santé
Pour ton bien comme un docteur
J'te réserve chaque gorgée
Pas vrai que j'suis comme un docteur

J'suis totalement incohérent dans mes propos devant le patron mais il n'a pas l'air de s'en faire. Ben voui, tant que vous mettez votre bourse remplie bien en vu, les barmen vous servent tant que vous voulez. Pourtant, c'est vrai que je suis un comme un docteur. Un psy ? C'est pas un docteur ça hein ?!  Ben voui j'suis un psy !  Un vrai de vrai ! Bon ok, j'ai été des fois déprimé durant ma carrière à cause de la connerie humaine ou même spirituelle. On m'a même pris en otage une fois parce que je faisais grève ! Vous vous en rendez compte ??? Êtes en train de vous dire oh la bonne poire ? Ben non, je n'étais pas une bonne poire ! Ou alors un tout petit peu… Il y avait aussi plein de bon souvenir en rapport avec mon métier. Les fois ou moi et mon assistante avions eut de gros fou rire devant les tours que nous jouions a mon assistante. Le coup de la surprise de Raïho était un peu moins bien passé car a cause de ça, j'ai du jetez ma chemise favorite pour tache de café abusive… Shad aussi était venu une fois… Les deux amants mateur étaient restés de long moment à mon bureau jusqu'à ce qu'il se décide à tous s'avouer. Grand soulagement pour moi. Hunt et ses coups de gueules dans mon cabinet, j'ai toujours vénéré ma réserve de réglisse a ces moments la. Et Hito et sa manie d'étudier les humains. Me souviens aussi de la fois ou on m'a envoyé Neji pour que je vois si il n'était pas autiste ! Il m'a fallut des heures pour expliquer a celui qui avait eut cette idée que les autistes ça se remarque a la naissance. Sacré Kriss… Oui bon les heures d'explication avait été très agréables, je le reconnais ! C'est surement avec lui que j'ai eut le plus de mésaventures dans mon cabinet… Et voila que je pleure maintenant !

Allez Patron, un ordinaire
Comme moi, un ordinaire

Bordel, voila ce que ça fais de se plonger dans ses souvenirs. Ça plombe le moral, une soirée joyeuse bien arrosé tout seul comme un con. Et encore un verre et encore un ! Vous pensez que je vais bien m'arrêtez un jour ? Ben ouais ! Quand j'tomberai dans le coma ! Vu que niveau fric, j'peux m'en faire quand je veux, ou je veux ! Un bon jeu de carte, un bon poker et arrivent les piécettes ! Les cartes, c'est surement la seule chose qui ne m'a pas trahi. Vu que tous les autres sont morts, me laissant comme un pauvre con derrière eux.

Moi j'crains pas la goutte d'eau
Qui fait déborder le vase
C'est pas un verre de trop
Qui f'ra déborder l'ardoise

Et puis pourquoi je craindrai de trop boire hein ? Ben voui, boire, c'est le moyen de suicider sans le faire vraiment ! J'vous le demande franchement, pourquoi on cherche toujours à s'ouvrir les veines ou le ventre ou encore à se pendre pour mourir alors qu'il y a des moyens plus agréables ! Ben oui ! Boire de l'alcool, c'est l'un des meilleurs moyens, c'est moi qui vous le dis ! Primo, quand vous buvez trop vous vous faites un bon coma éthylique ! Excellent surtout si vous tombez ainsi en pleine rue sans qu'on vous voie une bonne nuit d'hiver. Vous ne sentirez même pas le froid vous achevez avec une bonne hypothermie ! Une mort toute naturelle. Dommage pour moi, on est encore en été. Et encore autre chose. Avec tout cet alcool, le foie est totalement flingué, et vous aussi !  J'nomme ça, le flingue du silence. Bon ok, c'est pas aussi rapide mais le résultat est le même.

Allez Patron, un ordinaire
Comme moi, un ordinaire

Tiens ? Le barman me montre une ardoise. Ah oui, c'est mes consommations ! Tiens en parlant de ça, je me rappelle la fois ou Sei-sei a péter un câble parce qu'on lui pillait son frigo. Il avait depuis lors installé une ardoise ou on devait marquer ce qu'on prenait. Celui qui faisait pas ça, il se prenait de gros coup de pieds aux fesses ! Même son Aniki chéri n'échapper pas a la règle. En tous cas, petit à petit, l'ardoise s'était remplie de nos noms. Et elle est ensuite devenue un moyen de communiquer entre nous. Bien sur, a chaque nouvelle livraison pour le frigo, l'ardoise était effacé. Mais à chaque fois, nos noms réapparaissaient. Puis petit à petit, chaque jour, chaque année, des noms s'effaçaient pour ne jamais réapparaitre. Et à la fin, il ne rester plus que le mien…

Même qu'une tournée générale
J'te la siffle à moi tout seul
Sans fausse note mon général
Moi tout seul, tout seul, tout seul

Les verres défilent devant moi. Le patron du bar est plus cool que le précédent. Ou alors il voit vraiment pas mon état. Même moi je le remarque pas. Je suis le seul dans le bar. Le seul à boire encore et encore. Je bois verre sur verre, des alcools de plus en plus forts. Je sais très bien ou tout ça m'emmène. Mais j'en peux plus, vraiment. Et puis tout cet alcool me ramène en arrière. Mon premier verre, je l'ai bu avec Death. Ma rencontre avec Raïho, c'était dans une taverne. La nuit "accidentel" avec Kriss qui a tout démarré, la suite d'un jeu d'échec très alcoolisé. A croire que tourne autour de l'alcool dans ma vie. Certains de mes meilleurs souvenirs tournent autour d'un verre. Et ma vie se terminera par un verre on dirait. Je ne peux pas m'empêcher de rire et de pleurer en même temps. Soudain, je sens le barman me tirer en arrière. Il me montre ma bourse… Je comprends, pas assez d'argent c'est ça ? Et voila qu'un gros malabar me jette dans la ruelle a l'arrière de la boutique, droit dans les poubelles. Et pourtant je continue de rire. L'alcool m'est vraiment monté jusqu'à la tête, annihilant ma raison. Mes sens aussi pour ne pas remarquer mes veines ouvertes sur le couteau que j'ai ramassé plus tôt.

Allez Patron

Il pleut maintenant. Une bonne pluie d'été. Et pourtant je reste la, allongé parmi les déchets.  Et puis pourquoi je m'en irai ? J'en suis devenu un de déchet. Depuis le temps qu'ils sont partis. Je n'ai même pas eut la force de me battre un peu pour vivre. Et puis, à quoi ça sert de vivre a part pour devenir aussi fou que Snake !  Plus rien ne compte pour moi… Tiens ? De la buée sur mes lunettes ? Je pleure encore ? Oui… surement mais la c'est encore plus fort. Vous savez, comme ces chagrins de gamin qui ont perdu leur parent dans la foule. Maintenant je sais comment je me sens depuis que leurs noms se sont effacés sur l'ardoise… Un pauvre gamin, perdu dans un univers trop grand, condamné a vivre jusqu'au prochain Big-bang pour avoir le même sang qu'un serpent, les mêmes yeux. Je me sens faible, si faible maintenant. La pluie tombe encore sur mon corps replié parmi les ordures. Je viens juste de remarquer ma plaie. Et pourtant je ne fais rien. J'attends… Cette mort la, c'est pas comme un suicide hein ? C'est un accident non ? Je sais que je vais me faire engueuler pour ma vie pas très honorable mais je veux vraiment respecter cette promesse que j'ai faite a la Mort elle-même de ne pas en finir avec ma vie moi-même. Et puis zut, je suis fatigué maintenant. On aura beau me gueuler dessus, moi je veux oublier, disparaître ! J'en peux plus vraiment !

C'est drôle de voir comme l'alcool s'enfuit face a la mort. J'ai les idées claires maintenant. Je sais que c'est trop tard, mes yeux se ferment. Si une dernière demande égoïste est possible, j'aimerais me retrouver prés d'eux. Juste pour avoir les engueulades d'Huntera, les commentaires d'Aniki, les rires de Raïho, les grognements de Shad, les regards lubriques de Mesk, les réactions imprévues de Loucas, le mutisme de Neji et même les pitreries de Kriss ! Surtout ses pitreries en faite. Et maintenant, je vous le demande, je peux me permettre un sourire ? Juste devant le comique de la chose. Car moi qui aie été élevé par la Mort, je suis arraché à la vie qu'elle a protégée par elle. Et puis laissez-moi faire une dernière chose, une toute dernière chose… Effacer mon nom sur l'ardoise…


 Gaya : bon voila, cette songfic est fini. Au départ, je ne voulais pas le faire mourir mais j'ai trouvé que c'était la fin la plus logique... Si vous voulez m'assassiner pour avoir tuer le petit psy d'amour, laissait un com' !

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. Gaya H Staim 02/11/2008

XD merci a toute les deux ptdr oui oui, vous en faites pas, aucun psy n'a été maltraité durant le tournage de cette fic !
Onik : PARLE POUR TOI !!!

2. Loucas (site web) 02/11/2008

Kriss : ONIIIIIIIIIKK- SAMAAA * grosse déprime*
Loucas : oui oui kriss, on sais que ces biens ( meme magnifiquement) ecrie, mais on t'as déjà expliqué hiers qu'il n'était pas mort "
Neji : je suis pas autiste -_-*
Lou : heu ...

3. Lilith/mimi :D 02/11/2008

MAGNIFIQUE du debut a la fin comme toujours !
Tutan : Pauvre Onik :'(
Luci : Pas grave y a toujours des passes pour remonter !
Tutan : T'es vraiment romantique toi >.>

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×